Pour la Saint-Valentin, mademoiselle, allons nous beignet !

Février, c’est le mois des crêpes, de la Saint-Valen­tin et du Mar­di-Gras. C’est dire s’il est calo­rique. Le bei­gnet, c’est notre truc à nous, les Fran­çais. Il change de nom comme de dépar­te­ment. Nous avons l’oreillette, la bugne, la ganse, le beu­gnet, le pet-de-nonne, le tour­tis­seau, le fou­ti­mas­son, la rous­sette, la gue­nille, la mer­veille, la bou­gnette, le bunyol (ceux-là sont consom­més à Pâques au pays Cata­lan)… J’en passe et sans doute d’encore meilleurs.

Les réso­lu­tions dié­té­tiques post-fêtes de jan­vier résistent mal à de telles tentations.

Mais pour­quoi résis­ter, au fait ? Nos régions sont extra­or­di­nai­re­ment riches en pay­sages, en grande et petites his­toires, mais aus­si en culture gas­tro­no­mique d’une inéga­lable diver­si­té. Cela forme un tout indis­so­ciable. Alors explo­rons nos arrière-pays et leurs arrière-cui­sines sans arrière-pensée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *